Retour page précédente

Subventions aux fédérations sportives

12 ème législature

 

Question écrite n° 15862 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

  • publiée dans le JO Sénat du 03/02/2005 - page 263

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur le fait que l'Etat alloue des subventions aux fédérations sportives. Il souhaiterait tout d'abord qu'il lui indique à partir de quels critères une fédération sportive devient éligible aux subventions de l'Etat. Par ailleurs, pour les vingt fédérations les plus importantes, il souhaiterait connaître le montant de la subvention ainsi que le montant exprimé en euros par licencié.

Réponse du ministère : Jeunesse et sports

  • publiée dans le JO Sénat du 05/05/2005 - page 1296

L'article 16 de la loi n° 84-610 du 16 juillet 1984 modifiée dispose que « les fédérations agréées peuvent recevoir de l'Etat un concours financier dans des conditions fixées par une convention d'objectifs ». Cet agrément peut être délivré par le ministre chargé des sports aux fédérations qui, en vue de participer à l'exécution d'une mission de service public, ont adopté des statuts comportant certaines dispositions obligatoires et un règlement disciplinaire type définis par le décret n° 2004-22 du 7 janvier 2004. Cent dix fédérations ont, courant 2004 et début 2005, procédé à la mise en conformité de leurs statuts et règlement disciplinaire aux dispositions réglementaires et ont été agréées. Dès lors qu'elle est agréée, une fédération sportive est donc éligible aux subventions de l'Etat. Il s'agit d'une condition nécessaire mais pas suffisante. L'attribution d'une subvention est le résultat de l'instruction, par les services de la direction des sports, du dossier de convention d'objectifs déposé par la fédération. Ce dossier fait ressortir les objectifs prioritaires de la fédération et les actions ou projets qu'elle envisage de réaliser pour les atteindre. L'origine des financements de chaque action (subvention demandée et fonds de la fédération) est précisée. Une phase de rencontres entre les services de la direction des sports et la fédération permet de préciser ses axes politiques et sportifs et d'analyser dans quelle mesure ils s'inscrivent dans la politique sportive du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative, condition première d'un soutien financier de l'Etat. Les négociations entre les fédérations et la direction des sports prennent en compte les éléments relatifs au fonctionnement général, à la gestion financière et à la politique sportive et sont finalisées dans une convention d'objectifs dont une annexe financière retrace, pour les différentes disciplines et « populations de sportifs » concernées, les actions à entreprendre et leurs modalités de financement. La mise en place progressive de comptabilités analytiques dans les fédérations sportives les plus importantes, financièrement parlant, facilite le contrôle de l'emploi des subventions. Le tableau ci-dessous indique pour les vingt fédérations les plus importantes au regard des subventions versées, le montant de la subvention pour 2004, le nombre de licences délivrées en 2003 et le ratio subvention/nombre de licences. Ce ratio n'est d'ailleurs pas utilisé par les services du ministère chargé des sports pour procéder à l'allocation des subventions, celle-ci étant le résultat du processus décrit ci-dessus. Cependant, l'existence d'actions au sein de chaque fédération tendant à accroître la pratique sportive par les différentes catégories de publics (notamment les familles et les femmes, les jeunes défavorisés, les personnes handicapées) et/ou dans les zones géographiques (zones urbaines sensibles, zones rurales), contribuant in fine à accroître le nombre de licences, constitue un élément important d'appréciation des demandes de financement présentées par les fédérations. Il convient de souligner que ces fédérations bénéficient, en outre, d'aides en personnel du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative (conseillers techniques sportifs placés auprès des fédérations) ainsi que des infrastructures et de la logistique des établissements nationaux relevant du ministère [instituts ; écoles ; centres d'éducation populaire et de sport (filières d'accès au sport de haut niveau)]. En outre, les clubs et organes déconcentrés (ligues régionales et comités départementaux) des fédérations bénéficient de subventions et le ministère apporte un soutien financier à la réalisation d'équipements sportifs par les collectivités locales ou les associations.


FÉDÉRATIONS

SUBVENTIONS
2004

LICENCES
2003

RATIO
subventions/licences

Athlétisme

4 668 592

177 509

26,3

Football

4 039 501

2 141 239

1.9

Ski (y compris snowboard)

4 140 898

160 852

25,7

Voile

3 338 410

280 196

11,9

Canoë-kayak

3 287 952

236 843

13,9

Handball

3 259 754

318 981

10,2

Cyclisme

3 233 662

98 975

32,7

Natation

3 224 296

216 424

14,9

Judo

3 217 171

556 406

5,8

Gymnastique

3 156 803

231 002

13,7

Sports de glace

2 941 123

39 181

75,1

Aviron

2 852 317

64 177

44,4

Escrime

2 781 935

101 197

27,5

Basket

2 150 065

427 445

5,0

Tir

1 874 867

131 259

14,3

Equitation

1 810 727

468 591

3,9

Volley-ball

1 770 928

101 343

17,5

Handisport

1 562 386

15 442

101,2

Sport automobile

1 549 421

66 029

23,5

Rugby

1 496 740

222 808

6,7